a log of some time with some people someplace in new guinea / lawrence wiener. 1989

Lawrence Wiener
A LOG OF SOME TIME WITH SOME PEOPLE SOMEPLACE IN NEW GUINEA. 1989

WHAT IF ONE WANTED TO MAKE SOMETHING
JUST FOR NOW? TODAY IS TODAY EVERYWHERE.
…………………………………………………………………………
WHAT WOULD IT LOOK LIKE?
…………………………………………………………………………
TAKE A STONE
TAKE A WOOD
&
MAKE IT LOOK LIKE ANOTHER STONE

&

MAKE IT LOOK LIKE ANOTHER WOOD
…………………………………………………………………………
AT LEAST DIFFERENT.
IT IS A SECRET.
TO TRY AND TO DECIPHER IT
MAY NOT BE THE POINT
…………………………………………………………………………
MANY CULTURES SEEM TO MAKE
KNOWN TO THE OUTSIDE WORLD
THAT A MEANING EXISTS THAT
THE OUTSIDE IS NOT PRIVY TO.
…………………………………………………………………………
yumi happy?
why not baby.
happy noon
morning true
good night

perhaps all art is cargo culting
…………………………………………………………………………
THE MAKING OF A WORK IS THE MAKING
OF A WORK NOT AS CREATOR BUT AS
BESEECHER
IT IS LESS THE IDEA OF AN OFFERING
BUT A PASSIONATE ATTEMPT TO SHOW
ENOUGH OF A FORM TO ATTRACT
…………………………………………………………………………

* * * Continue reading “a log of some time with some people someplace in new guinea / lawrence wiener. 1989”

…UN AUTRE MOIS… (n°126-127) / Éric Suchère. 2008

 

N°126 (mars 2008)
Action man

Se réveille au-dessus de, une vue sur un sommet, un mont, un temps, un atterrissage avec violence. Marche comme si de rien, marche sur le pont, au-dessus de : le fleuve, les autoroutes, la sueur, une zone où la manche se fait en skate. Ne fonctionne pas, un homme n’arrête pas de, parle, rentre, est un soupir pour un service, retourne pour repartir, un pont à traverser, une zone partout à taille humaine. Est une fête, un festival, une demande de confirmation, une gêne pour l’écoute, une femme dans ses mouvements, de la nourriture surgelée dans un sac de ville, un père qui s’amuse à, n’arrête pas de, n’écoute, gêne, nécessite le déplacement. Un couple s’embrasse langoureusement, veut une danse devant, pense une trisomie rythmique, un essai avec les mains et des larmes dans les yeux, pense à, s’exécute aussitôt. Frissonne devant une danse, tout un monde se retourne pour, encore une fois pour, un vol d’oiseaux, un pont, trois clochards, un vol d’oiseaux, une zone de où des hangars à basse lumière, ne pose problème, s’achève au bruit d’une guitare électrique sans amplificateur. Marche jusqu’à, établis un étonnement devant un geste somme toute banal, des sanglots étouffés dans une laverie, des affaires pliées, une chaleur, un film avec, un anniversaire mortuaire, une femme en vert et son épaule, un rien à faire en pas grand-chose, une indication pour d’autres, un autre qui passe du temps à, un geste que n’aime, repars pour, comprends ce que demande, explique une inutilité, repars. Un homme parle à tous, n’est quasiment pas de ou des arrangements impossibles, pose un appel pas entendu, encore une fois ignore, décide de, de ce jeu sur la passerelle, dehors est une gêne. Un rendez-vous, n’y arrive à l’intérieur, passe rapide, essaie l’ombre, arrête, raconte une histoire à propos de, une demande de, choque et laisse songeur, se perd un peu dans le monde, le bruit et pas grand-chose, les gens qui se tiennent au loin, empêchent l’approche, explique l’étymologie des noms, une confusion pour une cuillère, arrête.

N°127 (avril 2008)
Puis

Les échafaudages, constructions artificielles en hauteur vers : une petite fille obèse fait du bruit, l’intéressante, tente de paraître intelligente, disparaît puis : regarde une femme, va pour traverser, de l’autre côté de la route puis : demande à un homme dans un camion vers : les enseignes en partie effacées, peinture qui s’écaille vers : homme sur un banc fait des exercices pour assouplir son pied puis : deux femmes demandent si puis : un homme quémande vers : les murs lépreux, anciennes publicités murales vers : un jeune homme porte un gros paquet, qu’aborde un clochard – sa gêne – puis : deux femmes s’asseyent sur le même banc puis : demande chemin à des hommes assis à une terrasse vers : les usines, les ponts, autres constructions industrielles vers : une femme prend des poses sur un banc puis : une femme à la peau très blanche est assise sur un banc puis : une femme d’une cinquantaine d’année assez élégante fait la manche le long de vers : les nuages en traîne au dessus de la ville, autres effets de, vers : des jeunes gens passent en voiture, hurlent quelque chose, regardant, rient puis : passe sur un pont, où un homme passe, un homme à bicyclette passe, etc. puis : regarde des jeunes gens mangeant à côté de leur voiture vers : les effets d’emboîtement, jeux de cubes des bâtiments vers : une grosse fille aux pieds nus, vêtements très sales puis : un homme arrose sa pelouse puis : des flics discutent avec deux personnes vers : les planches de bois disjointes, matériaux de construction à l’abandon, les grues, terrains vagues vers : regarde tous les gestes d’une serveuse qui confectionne un sandwich puis : une serveuse qu’un clochard opportune, voit que regarde ses seins puis : un homme pressé, stressé avec son gamin se précipite aux toilettes vers : l’obscurité, reflets mouillés sur façades vers : deux hommes sur une terrasse buvant des bières puis : regarde un employé des chemins de fer décharger des bagages puis : des gens attendent, se précipitent vers un bus vers : panoramas étendus, l’éblouissement, éclats sur l’eau grise vers : les gens se précipitent sur, gênent puis : deux jeunes femmes qui s’aperçoivent que puis : suis pris d’un tremblement irrépressible de la main droite, ne peux tracer les lettres, essaie encore une fois.

* * * Continue reading “…UN AUTRE MOIS… (n°126-127) / Éric Suchère. 2008”

UNE STATION SERVICE / Vincent Tholomé. 2006

Vincent Tholomé
THE VINCENT THOLOMÉ’S EXPERIMENTS : UNE STATION SERVICE. 2006


La station service est. Essentiellement. En plastique et en métal. Bien que le caoutchouc. Ou quelque matière apparentée. Soit absolument nécessaire.

Et. La station service est. En effet. Essentiellement. Essentiellement. En plastique et en métal. Bien que le caoutchouc. Ou quelque matière apparentée. Ou quelque matière apparentée. Soit. Enfin. Je crois. Absolument nécessaire. De sorte que la station service où. Ce 29 octobre. Ça se passe le 29 octobre. Vincent tholomé fait. Le 29 octobre. Un petit arrêt à la station service. De sorte que. Des tôles et des plastiques colorés. Tiennent à distance des pompes à essence de la station service un ciel chargé mais par instants éclatant d’or. De sorte que. Dit vincent tholomé. Un toit en tôles et en plastiques colorés tient à distance les engins. Quelquefois japonais et durs. Notamment japonais et durs. Et pour tout dire essentiellement japonais et durs. Dit vincent tholomé. D’un ciel chargé. Certes. Mais toutefois aussi éclairé d’or. Dit vincent tholomé. De sorte que. Alors que rien. Rien rien. Vraiment. Ne laissait croire à vincent tholomé. Qu’en arrêtant ici leur engin dur et japonais. Nathalie toledo. Sa. Pour ainsi dire. Femme. Ils vivent ensemble depuis 10 ans. Ils comptent peut-être un jour se marier. Ils comptent. Peut-être. S’ils se marient. Éviter l’une ou l’autre taxe exorbitante. De sorte qu’on ne se marie pas. 29 octobre. Par amour. Mais par intérêt malgré l’amour. De sorte qu’on se marie. 29 octobre. Malgré l’amour. Pensent-ils. Pensent vincent tholomé et nathalie toledo. Alors qu’ils claquent. 29 octobre. Les portières de leur véhicule. Un machin japonais et dur dur dur. De sorte que. Alors qu’ils sortent de leur engin. Disons. D’humeur joyeuse. Disons d’humeur joyeuse. Ils viennent de parler de mariage. Ils viennent de se demander en mariage. Car. 29 octobre. Dans le véhicule de nathalie toledo. Dans un machin japonais et dur. Il faut le dire. Il faut le dire. Nathalie toledo et vincent tholomé viennent de se demander en mariage malgré l’amour.


Car. 29 octobre. Dans un machin japonais et dur. Nathalie toledo et vincent tholomé viennent de se demander en mariage malgré l’amour.

De sorte que. Ils sortent du véhicule malgré un ciel chargé. Ils rangent le véhicule correctement et à proximité de la pompe 2. De sorte que rien ne peut maintenant arriver à nathalie toledo ou à vincent tholomé. Et rien n’arrive. En effet. À la station service à nathalie toledo ou à vincent tholomé. Rien n’arrive d’abord à nathalie toledo ou à vincent tholomé. Puis. Alors qu’il n’y avait aucune raison que. Quelque chose arrive à la station service à nathalie toledo ou à vincent tholomé. Quelque chose. De grave peut-être. De grave peut-être. Dit vincent tholomé. Pense plus tard vincent tholomé. Arrive à la station service à nathalie toledo et à vincent tholomé. Il se passe que nathalie toledo dit tiens à vincent tholomé en lui tendant la carte bancaire. Il se fait que nathalie toledo tient. Dans une poche de son sac. La carte bancaire. De sorte qu’elle sort maintenant du véhicule côté pompe. De sorte que vincent tholomé sort. Quant à lui. Maintenant du véhicule côté machine à sous. Oui mais voilà. Ce n’est pas le tout d’avoir une carte bancaire. Il faut aussi son code.


Oui mais voilà. Ce n’est pas le tout d’avoir une carte bancaire. Il faut aussi son code.

Oui mais voilà. Ce n’est pas le tout d’avoir une carte bancaire. Il faut aussi son code. Se dit vincent tholomé. Se dit-il. En marche vers la machine à sous. Une de ces machines où l’on introduit une carte bancaire puis son code. Puis le numéro de la pompe. Ici 2. Pompe 2. Pompe numéro 2. De sorte que. Alors que tout était en route pour passer ici comme on passe ailleurs. Comme. En général. On passe ailleurs. Négligemment. Par exemple. Dans un bureau de poste. On entre dans un bureau de poste puis on en sort. On passe ainsi à la poste. Généralement. Il n’y a rien à en dire. Généralement. On se rend. Par exemple après. On se rend à la boucherie. On entre et on sort de la boucherie et il n’y a rien à en dire. De sorte que. Alors que tout était en place à la station service pour qu’on entre dans la station service puis qu’on en sorte et il n’y aurait rien à en dire. Le fait est que. Vincent tholomé. Une fois de plus. Une fois de plus. Ne se souvient pas du code de sa carte bancaire. Et. Alors que vincent tholomé était en marche vers la machine à sous. Simple opération bancaire. Que n’importe qui. En tout cas la plupart d’entre nous. En tout cas 90% d’entre nous. Il est démontré que 90% d’entre nous s’en sort machinalement avec une machine à sous. Vincent tholomé fait. Une fois de plus. Brusquement demi-tour à une station service. Vincent tholomé fait. Une fois de plus. Brusquement demi-tour à une station service.


De sorte que nathalie toledo devient comme folle.

De sorte que nathalie toledo. La. Presque. Femme de vincent tholomé. Ils cohabitent depuis 10 ans. Ils viennent de se demander. Il n’y a pas 10 minutes. En mariage. Malgré l’amour. Malgré l’amour. C’est tout dire. C’est tout dire. De sorte que nathalie toledo devient comme folle. Et. Alors que vincent tholomé n’a pas le temps de contourner le véhicule japonais et dur de nathalie toledo. N’a pas le temps de rejoindre nathalie toledo à proximité de la pompe numéro 2. Nathalie toledo. En personne. En personne. Contourne elle-même le véhicule japonais et dur. De sorte que. Maintenant. Vincent tholomé est à la pompe numéro 2. Et nathalie toledo à la machine à sous. De sorte qu’après la station service. Mettons 10 minutes après la station service. On ne s’est toujours rien dit. On est en route vers ailleurs et on le fait sans rien se dire. Dit vincent tholomé. Pense vincent tholomé. Ravagé. Littéralement. Littéralement. À l’intérieur. Par. Oui. Toute l’affaire. Toute la scène de la station service. De sorte qu’il loupe en plus les beaux panneaux publicitaires colorés du long de la route. De sorte qu’il loupe les 47 vaches folles dans les prés sur sa droite. Incapable qu’il est. Vincent tholomé. De sortir aujourd’hui. 29 octobre. 10 minutes après la station service. De la station service. Tant. Dit ensuite vincent tholomé. Nous avons. Tout de même. Tout de même. Vécu. À la station service. Une situation critique. Il faut le dire. Il ne faut. Il ne faut pas. Il ne faut pas avoir peur des mots. Dit ensuite. Plus tard. Dans la nature. Nathalie toledo.


Il ne faut pas avoir peur des mots. Dit ensuite. Plus tard. Dans une forêt de sapins douglas. Nathalie toledo.



Continue reading “UNE STATION SERVICE / Vincent Tholomé. 2006”

da LIMBO MOBILE / Ugo Coppari. 2009. II

Coriandoli ed entusiasmo
___

Era giunto il week-end, durante il quale le persone hanno molte aspettative. Vorrebbero che il cielo fosse pieno di coriandoli. E invece i coriandoli finiscono a terra perché l’euforia è greve e quindi sottostà alla forza di gravità, come l’entusiasmo. Andrebbe dosato col contagocce, altrimenti si rischia l’indigestione. Credo che i coriandoli andrebbero soltanto annusati, come l’entusiasmo.
Continue reading “da LIMBO MOBILE / Ugo Coppari. 2009. II”